La crevette et la mouette

L’Ambassade de France a organisé au mois de septembre 2016  un concours d’écriture de conte, ouvert à tous les étudiants de français majeurs et sur le thème « L’Océan Indien ; langues et imaginaires ». Nous vous proposons donc de découvrir les contes des 3 premiers lauréats, avec dans cet article le conte qui a remporté le 2e prix, écrit par Dimichone Vaz de l’Université Pédagogique de Beira. Bonne lecture !

banner-facebook-2

Il était une fois une crevette qui vivait dans un petit corail près de la baie de Pemba. Elle était si curieuse qu’elle voulait tout savoir ; rien ne lui échappait. Elle avait déjà nagé toute la côte mozambicaine et connaissait la langue et les coutumes de chaque province côtière. Un jour, pendant qu’elle se promenait près d’un quai où se trouvaient les canots des pêcheurs, elle entendit quelques mouettes qui causaient. Elle s’approcha tout doucement et se mit à l’écoute de ce dont elles discutaient, mais elle ne comprenait rien du tout, car elles parlaient une langue étrangère à elle. Elle attendit jusqu’à ce qu’il fut resté une seule, puis elle s’approcha plus près.

– Pardon, mon beau volatile. Quelle belle langue parlais-tu là ! Où l’as-tu apprise ? Questionna-t-elle.

– Tu as aimé cette langue ? J’en connais plusieurs… Je les ai apprises en volant au-delà de l’océan, dans les îles., répondit la mouette, qui se vantait en ouvrant ses ailes et tournant autour d’elle même.

– Et tu peux m’emmener dans ces îles pour que je les apprenne aussi ? Demanda-t-elle en attirant son charme envers l’oiseau, avec ses gros yeux qui paraissaient plus  deux pierres rondes de marbre peintes en noir.

– Euh ! Oui… Mais qu’est-ce que j’y gagne après ? Voulut savoir l’autre.

Bien, puisque la curiosité marche toujours avec la ruse, la crevette s’assit comme si en pensant et, après quelques secondes, lança son propos :

– Ben voyons ! disait-elle, en secouant la tête de gauche à droite et vice versa, tu m’emmènes dans ces îles et j’apprendrai à parler ces langues… Tu sais, je suis très curieuse ; et, comme l’on dit, la curiosité est un vilain défaut, je ne crois pas que je doive durer longtemps avec ce péché. Ainsi, je te propose de me manger dès que j’aurai appris toutes ces langues. À quoi cela me servira si je n’aurai personne à qui parler, sinon pour nourrir mon égo ?

Alors, la mouette accepta dans sa naïveté. Elles décidèrent donc que le crustacé irait dans la bouche de l’oiseau et que cette dernière la garderait toujours ouverte pendant le voyage. Le lendemain, tout compte fait, elles prirent vol aux premiers rayons de soleil. Le premier arrêt fut à Madagascar, où la crevette fit quelques connaissances parmi les lémurs qui lui ont appris leur langue et certaines coutumes de leur pays. Cela se passa un peu partout où elles furent : les Seychelles, la Maurice, les Comores… Pendant qu’elles volaient, la petite curieuse guettait de temps à l’autre pour admirer le paysage. Son dernier arrêt fut à l’île de la Réunion où la crevette, en descendant de la bouche de sa porteuse, put connaître les grandes tortues habitant sur cette île-là et aussi profiter de leur savoir.

Contente de tout ce qu’elle venait de connaître, la crevette prit congé de ses nouveaux amis et partit à la rencontre de la mouette. À son arrivée, celle-là avait déjà préparé son assiette et attendait l’arrivée de son élément principal ; auquel elle dit :

« Mais il faudra que je dise adieu à mes amis dans le corail. Tu me manges dès qu’on sera rentré.»

Alors, elles rentrèrent. La mouette, pourtant, de peur que la crevette lui échappât, ferma légèrement sa bouche. Mais, à peu près un mile du corail, la crevette piqua sa langue très fortement ; elle ouvrit son bec entier en hurlant mortellement, à tel point que sa voix devint très aigüe à la place d’enrouer. À ce moment-là, la crevette sauta de sa bouche et disparût dans le bleu des eaux marines, toute heureuse.

 

A Embaixada de França organizou no mês de Setembro de 2016 um concurso de escritura de conto, aberto a todos os estudantes de francês maiores de idade, sobre o tema «  O Oceano Indigo ; línguas e imaginários ». Vão descobrir no blog os contos dos 3 primeiros premiados, apresentando agora o conto que recebeu o 2° lugar, escrito por Dimichone Vaz da Universidade Pedagógica de Beira. Boa leitura!                                                                                                                                                                                                                The French Embassy organized during the month of September 2016 a story tale writing contest, open to all students of French over the age of 18, under the theme « The Indian Ocean; languages and imaginaries”. We would like to share with you the 3 best tales that won this contest, following now with the 2d one, written by Dimichone Vaz from the Universidade Pedagógica of Beira. Enjoy!

 

2 commentaires:

  1. D`abord, j`ai horreur de feleciter l`ecrivain du beau conte, il a bien raconter l`histoire de la crevette et de la mouette. je lui dis pour continuer exécuter ce genre de compétition parce que nous renvoie une nouvelle conception de la langue.
    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *