Première visite deTagir Carimo, maire de Pemba, en France

Tagir Carimo, maire de Pemba, s’est rendu en France du 13 au 17 avril 2015 dans le cadre du programme « personnalités d’avenir » du Quai d’Orsay. Chaque année, une centaine de personnalités venues du monde entier participent à ce programme, qui vise à apporter à ces futures élites une connaissance approfondie de la France, fondée sur des contacts professionnels correspondant à leurs activités et à leurs centres d’intérêt. Pemba, 5è ville du Mozambique et 3è plus grande baie au monde, connaît une croissance soutenue depuis ces 10 dernières années suite à d’importantes découvertes de réserves de gaz naturel. Tagir Carimo, élu en 2011 sous les couleurs du Frelimo à l’âge de 38 ans, et réélu en 2013, souhaite faire de sa ville un pôle touristique et économique national. C’est la vie de tout jeune maire que de chercher de nouvelles opportunités pour sa ville. L’occasion pour lui de se rendre en France et de découvrir comment d’autres villes portuaires ont réussi leur développement. De passage à Maputo, l’ambassade de France a reçu M. Carimo afin de recueillir ses impressions sur son séjour français. Interview.

Rencontre avec le Sénateur Charles Revet
Rencontre avec le Sénateur Charles Revet

• Quel était l’objectif de votre séjour en France ?

Pemba est une ville qui connaît une croissance économique et démographique rapide, croissance qui se doit d’être accompagnée de politiques publiques durables. Aussi, le programme était articulé autour de 4 thèmes : activités portuaires, alimentation en eau et assainissement, mobilité urbaine et gestion des déchets. Par ailleurs, la province de Cabo Delgado, dont Pemba est la capitale, est l’une des plus touristiques du Mozambique. Je souhaitais avoir la chance de voir des villes qui avaient su conserver leur patrimoine, tout en développant leurs activités économiques.

• Pouvez-vous nous en dire plus sur les visites que vous avez effectuées ?

Le programme était extrêmement complet ! En 5 jours, j’ai effectué 23 visites, je me suis déplacé dans 3 villes (Paris, Marseille, Le Havre) et j’ai échangé avec plus de 35 interlocuteurs différents, au niveau politique comme économique. J’ai également eu le temps de faire des visites culturelles qui m’ont enchanté.

• Quelles entreprises et quelles institutions avez-vous rencontrées ?

A Paris, j’ai rencontré Bolloré, le groupement des entreprise des hydrocarbures (GEP-AFTP), Egis, Dassault, Veolia et Créocean. Véolia m’a fait visiter l’Usine de traitement de l’eau de Neuilly sur Marne, et le Centre d’enfouissement technique à Claye-Souilly. A Marseille, j’ai articulé mes visites autour des activités portuaires, en visitant le port et CMA-CGM.

Visite du système de transport public au Havre

• Et en ce qui concerne les institutions ?

Les visites ont été nombreuses : ministère des affaires étrangères, Agence française de développement, Sénat, Assemblée Nationale, Medef, CCI de France, Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN)… Au Havre, la municipalité m’a organisé des visites sur le thème de la planification urbaine, et j’y ai visité le centre de maintenance du tramway. Ce séjour m’a aussi permis de mieux comprendre le fonctionnement de la vie politique française: j’ai notamment assisté à un débat au Palais Bourbon. J’ai été assez surpris de découvrir que les élus français pouvaient cumuler plusieurs mandats, c’est impossible au Mozambique !

• Pensez-vous poursuivre des échanges avec certains organismes ?

J’ai été enchanté par Marseille, notamment car le port est bien intégré à la ville, et que celle-ci a su se développer en conservant son patrimoine touristique et culturel, tout en créant une réelle sensibilisation au développement durable. J’aimerais également conserver des contacts avec Le Havre, au sujet de la gestion des transports urbains. Véolia va quant à elle gérer le traitement des déchets à Pemba, en partenariat avec une entreprise mozambicaine. Le GEP-AFTP envisage une visite à Pemba l’an prochain et le CIAN m’a aussi grandement intéressé.

• Ce séjour vous a-t-il donné des idées pour votre ville ?

Oui, car la France présente pour le développement de Pemba un énorme potentiel de compétences et sans doute aussi de financements de projets. Le développement durable est également très important pour moi. Pemba est membre du Club de l’UNESCO des baies les plus belles au monde, qui émet des critères d’entrée très restrictifs : je souhaite faire de Pemba une ville durable, et j’espère m’inspirer de l’exemple de certaines villes françaises pour cela.

• Avez-vous eu le temps de profiter des aspects culturels de la France ?

Oui, c’était ma première visite en France, et la richesse culturelle de votre pays m’a impressionné. J’ai visité Versailles, la Tour Eiffel, les Invalides. J’ai beaucoup apprécié de voyager en TGV : pour moi c’était une expérience unique. Je souhaite par ailleurs prendre des cours de français lorsque je serai de retour à Pemba.

Découverte de Marseille
Découverte de Marseille

• Que diriez vous à un Français qui souhaite découvrir Pemba ?

Je lui dirais que c’est une ville magnifique qu’il faut découvrir, tant pour ses paysages que pour sa richesse culturelle, avec notamment ses 5 communautés natives, qui forment une mosaïque incomparable !

Propos recueillis par Sophie Pereira et Cyril Gérardon

Tagir Carimo, o Presidente do município de Pemba, foi para França através do programa « personalidades do futuro » do Ministério dos Negócios Estrangeiros. Durante 5 dias, ele encontrou vários actores do sector privado (Bolloré, CMA-CGM, Veolia, Dassault, …) e público (Agência Francesa de Desenvolvimento, Senado, Assembleia Nacional, …). Estas reuniões permitiram-lhe compreender melhor as questões da actividade portuária, do abastecimento de água, da mobilidade urbana e da gestão de resíduos, perguntas cruciais para garantir o desenvolvimento sustentável da cidade de Pemba.                                                                                                                              Tagir Carimo, Mayor of Pemba (Mozambique’s 5th largest city), went to France through the program « Personalities of the future » of the French Ministry of Foreign Affairs. For 5 days, he met with various partners from the private (Bolloré, CMA-CGM, Veolia, Dassault, …) and public sector (French Development Agency, Senate, National Assembly, …) to share experiences in view of a sustainable development for Pemba. Water supply, urban mobility, waste management along with all other port activities have been addressed.

4 commentaires:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *