Un “My Loveˮ qui s’appelle Francophonie !

Nous vous proposons de découvrir un article du 2° numéro du journal Idées en Mouvement, écrit par Abel Balate dans la rubrique « Opinion et Analyse ». Ce journal, intégralement rédigé en français, est dirigé par des étudiants mozambicains francophones, membres de l’AMOJOF (Association Mozambicaine des Jeunes Francophones), et publié avec le soutien de l’Ambassade de France. Il vise à favoriser la lecture et l’écriture en français chez les étudiants, tout en diffusant les différentes activités francophones organisées tout au long de l’année. Il est en vente dans les différentes universités et centres de langue de Maputo ; les numéros précédents sont également accessibles en ligne ici.  

 

Oui ! C’est sûr ! Oui, sans doute, ils le connaissent !

– NOOON, NON, pas tout le monde, il faut bien expliquer, tu penses que les Français de France connaissent le My Love?

C’est toujours comme ça, la discussion des étudiants chaque fois que je publie un texte. D’abord, je m’excuse et j’explique ce terme «  les Français de France », selon ces étudiants, il y a les Français de France et les Français du Mozambique, les premiers ce sont les blancs qui parlent le français à une vitesse de la lumière et les deuxièmes ce sont les étudiants universitaires mozambicains. La polémique a commencé quand j’ai décidé d’écrire un texte avec le titre « Un My Love qui s’appelle Francophonie ». Mais c’est quoi ce truc qu’on appelle My Love et qui cause de la confusion chez les étudiants universitaires et les Français de France ? Selon le dictionnaire Manque de Transport 2017 paru aux éditions Gouvernement en Crise, au  Mozambique l’expression My Love désigne les voitures qui normalement transportent le sable, les pierres, l’appareil de son pour les fêtes de la jeunesse, les animaux, ces derniers ce sont les vaches, ces voitures ont été conçues pour transporter des objets et des animaux mais chez nous l’amour est notre mot d’ordre.

– Embrassez-vous les pauvres, sinon vous risquez de tomber, ces voitures ce sont pour les animaux et les pierres, faites le My Love, embrassez-vous les pauvres faites le My Love pour votre sécurité !

Apparemment c’est de cette manière que le mot My Love est apparu pour sensibiliser les gens à s’embrasser pour ne pas tomber dans ces voitures qui transportent une foule de gens à toute vitesse.

Cela n’a pas tardé et un groupe d’étudiants qui se croyait avoir beaucoup bu de la littérature s’est mis à interpréter mon titre.

Le premier étudiant, il portait des lunettes, ses yeux étaient grands et ronds, une vraie image d’un écrivain classique, cet étudiant avec les idées plongées sur la littérature et sur le surréalisme a eu le courage de dire que le My Love présent dans mon titre a une liaison avec une histoire d’amour qui s’est déroulée dans une voiture My Love entre deux étudiants  qui allaient à un événement de la francophonie, comment a pu-t-il dire cela de mon titre ? Il pense à quoi ce Breton du XXI siècle ?

Le deuxième étudiant avait l’air d’intellectuel comme le premier, sauf que celui-ci était un étranger avec les idées plus absurdes. Il évoquait untel de Camus pour dire que la francophonie est comme un  My Love où restent plein de gens pendant l’heure d’embouteillage c’est-à-dire en mars, est-ce qu’il sait que la francophonie se déroule pendant toute l’année? Est-ce qu’il n’a jamais entendu parler du Club Francophone à l’UEM et à l’UP ? Le Rendez-Vous ? Les Concerts de l’AMOJOF ? Ça ne vous dit rien hein ? Bande de cons !

Selon moi, un My Love qui s’appelle Francophonie, cela signifie une connexion au-delà d’une  langue, d’une culture, d’un peuple, d’une croyance, c’est un métissage de toutes ces différences et valeurs qui occupent un espace dans la Francophonie, ce My Love ou Mon amour pour la francophonie parle toutes les langues du monde, les langues des peuples des quatre vents de la terre, ces langues écrites et orales transportent un amour intraduisible qui vit dans ce cœur plein d’amour que c’est la francophonie, un my love ou mon amour qui s’appelle Francophonie voit les hommes et les femmes avec l’amour sans se plonger dans leurs différences des couleurs des yeux, de la peau, de la religion, cet amour francophone est basé sur le respect et la tolérance de toutes les différences existantes parmi les hommes et femmes du monde entier.

Mon amour ou ce My Love intitulé Francophonie est aveugle à toutes ces différences, il est incapable de pointer du doigt, de discriminer, de blesser avec une arme ou avec des mots un autre être humain comme nous voyons de nos jours les larmes du monde qui coulent pour Charlie, pour les victimes du Boko Haram. Selon moi cet amour qui s’appelle francophonie possède un grand cœur où tous les hommes et femmes sont semblables peu importe ses origines et ses croyances. Cet amour n’est dans aucun mouvement  littéraire alors je dis à tous ces étudiants avec les cerveaux plongés dans la littérature de Camus et Breton que cet amour on le trouve dans la vie et on le transmet à chaque cœur avec un espace pour  héberger un My Love qui s’appelle Francophonie où les langues n’ont pas besoin de traduction, un métissage des langues et de sentiments qui nous connectent en harmonie, en paix, en liberté à la fête de la francophonie, la Francophonie est mon amour ou My Love pour le métissage des savoirs !

Auteur : Abel BALATE

In « c’est l’heure de penser à une littérature mozambicaine écrite en langue française »

 

Apresentamos um artigo do 2° número do jornal « Idées en Mouvement », escrito por Abel Balate na secção « Opinião e Análise ». Esse artigo propõe uma reflexão ao redor da Francofonia, como se fosse um « My love ». O Jornal « Idées en Mouvement », inteiramente redigido em francês, est dirigido por estudantes moçambicanos francófonos, membros da AMOJOF (Associação Moçambicana dos Jovens Francófonos) e publicado com o apoio da Embaixada de França. Tem como objectivo favorecer a leitura e escritura em francês pelos estudantes, e difundir as diferentes actividades organizadas ao longo do ano. Está a venda nas diferentes universiades e centros de línguas de Maputo ; os números anteriores estão também disponíveis na Internet aqui.                                                                               Let’s discover an article of the 2d edition of the newspaper « Idées en Mouvement », written by Abel Balate in the section « Opinion and Analysis ». This article propose a reflexion about the Francophonie, and compare it to a « My love » (local mini-bus full of persons). This French-redacted newspaper is directed by French-speaking Mozambicans students, which are members of the AMOJOF (Mozambican Association of the French-speaking Youngs) ; it is published with the help of the French Embassy. His objective is to enhance the reading and writing in French among the students and to communicate around the diverse activities linked to the « Francophonie » organized   all year around. The newspaper can be bought at the different universities and language centers in Maputo ; the former editions are available online here.

 

2 commentaires:

  1. Em premier lieu je voudrais féliciter l’AMOJOF pour l’initiative.
    J’ai aimé le contenu de cet article et pour moi ça va aider beaucoup des étudiants de savoir comment l’AMOJOF peut nous aider à connaitre la culture française et d’autres pays en utilisant la langue française.
    J’aimerai avoir les prochaines articles.

    Meilleures salutations
    Aurora

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *